Cet article est également disponible en : Espagnol

 

Pour les indigènes, ces masques représentent des animaux dotés d’un pouvoir surnaturel: tigres, singes, ours et de nombreux autres animaux. Ils ne sont élaborés que lorsqu’un indigène décède ou que le rituel du Yuruparí va être célébré. Pour ces cérémonies, les personnes qui vont porter les masques doivent être bien préparées et satisfaire certaines exigences qui leur sont assignées par les plus compétents.

 

Ces masques sont fabriqués avec des matériaux naturels, extraits d’arbres spéciaux utilisés par les indigènes.

 

Actuellement, très peu de communautés utilisent ce type de masque, car depuis l’arrivée des occidentaux dans les années 30, avec les missionnaires capucins, les masques ont été interdits, ainsi que les objets de cette culture. Malgré ces difficultés, il s’agit de maintenir la culture et la langue maternelle, ce qui est actuellement enseigné aux enfants autochtones.

http://www.lfbogota.com/wp-content/uploads/2019/02/P1100695-768x1024.pnghttp://www.lfbogota.com/wp-content/uploads/2019/02/P1100695-300x300.pngAdmin Pasteuractualités pédagogiquesBanner-2